Cette île des Canaries est la plus proche du continent africain, distante d'à peine une petite centaine de kilomètres des côtes marocaines. Culminant à peine à 800 m d'altitude, les alizés du nord ne sont pas retenus par le relief et ne stationnent donc pas, comme c'est le cas sur les autres iles, hors Lanzarote. Les précipitations sont donc très réduites, d'autant que le chergui, un vent chaud et sec en provenance du Sahara proche fini de tout dessécher.

On ne s'étonne donc pas de trouver des steppes et autres milieux désertiques, et même un système dunaire vers Corralejo, au nord-est de l'île. Les rares zones de végétation sont sur-pâturées par d'innombrables troupeaux de chèvres. D'après les statistiques officielles, il y a d'ailleurs plus de caprins que d'habitants permanents sur cette île (les touristes ne comptent pas).

Ce premier post va concerner essentiellement des vues de l'île, avec leur végétation steppique. Par moment, on se serait cru au Mexique.

De gauche à droite et de haut en bas : vue prise du point culminant de l'île de Los Lobos, une vue du centre de Fuerteventure, Vega de Rio Palmas, et l'île de Los Lobos vue depuis Corralejo.

172

174

186

189

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un petit air de Mexique ?

174A

176

177

193G

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le système dunaire de Corralejo :

199

200

201

202

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Différentes vues des steppes de l'île :

204

205

206

206A

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des habitants discrets, dont l'outarde houbara, et une jolie plantouille :

207

216