Photos nature et vie sauvage - Wildlife pictures

04 novembre 2016

Guadeloupe : iguane des Petites Antilles (1/2)

L’iguane des Petites Antilles (Iguana delicatissima) est endémique de quelques îles des Petites Antilles. Autrefois répandu sur tout l'archipel guadeloupéen, il est aujourd'hui quasi complètement hybridé avec l'iguane vert (espèce introduite) sur Basse Terre. Les seules populations "non polluées" génétiquement subsistent sur la Désirade et sur les îles de la Petite Terre, au large de Saint-François. Une journée passée à Petite Terre permet d'observer et de photographier sans trop de peine quelques individus peu farouches (sur les quelques milliers présents localement).

Ce premier post ne va présenter que des photos prises au grand angle, mettant en avant les milieux fréquentés par les individus. Toutes les photos ont été prises au 17-80 mm, la plupart du temps entre 17 et 20 mm de focale.

Première série sur des vues des différents milieux fréquentés : plage et "maquis" buissonnant.

IMG_7599

IMG_7649

IMG_7650

IMG_7653

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les individus sont souvent perchés sur des arbustes ou des buissons, notamment le matin, pour thermoréguler. Mais dire qu'ils thermorégulent alors qu'il fait plus de 30°C à l'ombre...

IMG_7610

IMG_7642

IMG_7645

IMG_7657

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_7607

IMG_7654

 

 

 

 

 

 

 

 

Il n'est pas rare de voir une bestiole tranquillement installée sur le chemin rocailleux qui fait le tour du phare.

IMG_7646

IMG_7648

 

 

 

 

 

 

 

Ils viennent également s'alimenter de végétaux sur la plage. Ils n'hésitent pas non plus, pour les plus familiers, à venir faire les fonds de gamelles que laissent les touristes (plus de photos dans un futur post)...

IMG_7736

IMG_7738

IMG_7742

Posté par Fred Pawlowski à 22:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


16 octobre 2016

Guadeloupe : Bihoreau violacé

Grand amateur de coquillages, ce héron ne quitte que rarement le bord de l'océan. Il évolue à la fois sur les rochers littoraux et dans les boisements rivulaires, comme les mangroves. Malgré les couleurs bariolées de sa tête, il peut être difficile à localiser, notamment dans le clair-obscur des sous-bois.

IMG_2018

IMG_2015

IMG_2026

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1422

IMG_1436

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes tombés, sur la côte sous le vent, sur un individu coopératif, qui s'est laissé approché : 

IMG_1472

IMG_1476

IMG_1487

IMG_1501

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1482

IMG_1494

IMG_1504

IMG_1505

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1509

IMG_1513

IMG_1515

Posté par Fred Pawlowski à 21:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 octobre 2016

Du poil aux pattes sur la plage

La veille du passage de la tempête tropicale qui sera appelée ensuite Matthew, petite pose pique-nique sur une plage de la Guadeloupe. Le ciel est chargé et les averses régulières, bien que nous soyons sur la côte sous le vent. Sur la digestion, petite séance de prises de vues avec des crabes coopératifs.

Pour commencer, quelques plans larges, avec ou sans la mer :

IMG_1754

IMG_1793

 

 

 

 

 

 

IMG_1738

IMG_1767

IMG_1777

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entretien du terrier qui s'éboule continuellement :

IMG_1719

IMG_1730

IMG_1758

IMG_1759

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1764

IMG_1789

 

 

 

 

 

 

 

Petite pause casse-croûte :

IMG_1745

IMG_1748

 

 

 

 

 

 

 

Vraiment sale, cette plage :

IMG_1766

Posté par Fred Pawlowski à 21:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 septembre 2016

Iberolacerta aurelioi

Cette année, j'achève ma quête des ibérolacertas débutée il y a trois ans (cf. mes différents posts précédents à ce sujet). Cette année, je pars à la recherche du Lézard pyrénéen d'Aurelio, qui a la répartition la plus orientale des trois espèces, et qui est le dernier des trois Ibérolacertas qui me manque encore. Cette espèce a été découverte en 1994 en Espagne et en 1996 en France, autant dire qu'il s'agit d'une acquisition récente pour la science...

Une rapide recherche bibliographique et une collecte d'infos auprès d'un de mes collègues m'indiquent que le spot le plus accessible est situé sur la commune d'Auzat (Ariège), non loin de l'étang de Soulcem. Je démarre la journée sur le parking d'Orris du Carla (1 620m) puis attaque la montée vers les étangs de la Gardelle (2 400m). Je tombe sur mes premiers individus vers 2 100m, dans le vallon du ruisseau de la Gardelle. C'est là que je ferais mes plus belles observations. J'arrive sur le spot vers 10h00, mais bien que le journée soit chaude (pour une fois les conditions météo sont de mon côté), le maximum d'activité se situe entre midi et 14h. Donc au pire moment pour les photos, avec une lumière très dure. Tant pis, les observations réalisées compensent la piètre qualité des images.

Je constate que les individus sont plus farouches qu'I. aranica et sont plus inféodés à de petits blocs que lui (aranica est très présent sur les parois, chose que je n'ai pas observé chez aurelioi).

A la redescente, j'observe des individus vers 1 800m, en insolation à 14h, en pleine chaleur...

Quelques photos de son habitat (vallon de la Gardelle) :

IMG_6034

IMG_5913

IMG_6035

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lézard mimétique, d'autant plus qu'il passe une grande partie de la journée en insolation, complètement immobile. Pas facile de détecter les individus dans ces conditions...

IMG_5905

IMG_5966

IMG_6053

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme les autres ibéros, ce n'est pas simple de approcher, les individus étant la plupart du temps dans des blocs instables qui mettent les genoux à rude épreuve (j'avais oublié mes genouillères ce jour-là, et je l'ai amèrement regretté).

IMG_5930

IMG_5965

IMG_5977

IMG_5985

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par rapport à aranica, les patterns de couleur sont très homogènes, tous les individus observés sont dans une gamme très restreinte de variations chromatiques.

IMG_5948

IMG_6023

IMG_6047

IMG_6052

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, belle observation d'une femelle gravide et d'un individu en chasse dans les hautes herbes. Autant aranica chasse à l'affût, largement immobile sur son rocher, autant aurelioi est un vadrouilleur, un peu à l'instar du bonnali, qui n'hésite pas à s'éloigner d'une dizaine de mètres dans les éboulis. J'en ai même vu un abandonner le substrat rocheux pour partir en chasse dans les hautes herbes, comme un lézard vivipare...

IMG_5974

IMG_6015

 

 

 

 

 

 

 

Fin de l'aventure "ibéros".

Au total, depuis l'été 2013, et spécifiquement pour observer ou photographier ces trois espèces, j'aurais ascensionné entre 11 000 et 12 000m de dénivellé positif. Qui a dit que la photo animalière était une pratique de tout repos ?

 

Posté par Fred Pawlowski à 22:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 juillet 2016

Au vol !

Petite série d'oiseaux guadeloupéens en vol. De gauche à droite et de haut en bas : frégate magnifique, pélican brun, sterne royale et tyran gris. Seule la photo de pélican est légèrement recadrée, les autres sont brutes de capteur.

IMG_0459

IMG_0823

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0916

IMG_1348

 

Posté par Fred Pawlowski à 22:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


02 juillet 2016

Le maillot jaune de la paruline

En référence à la première étape du Tour de France, quelques images de paruline jaune, espèce abondante dans les milieux buissonnants de la Guadeloupe. Tel le maillot jaune, elle arbore une livrée jaune vif, rehaussée d'un casque roux. Toute en élégance...

 

IMG_0155

IMG_0159

IMG_0162

Posté par Fred Pawlowski à 21:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 mai 2016

Le calamite dans le russe blanc

La suite de la grenouille au lait, avec ce coup-ci un calamite dans un russe blanc...

IMG_3868

IMG_3876

Posté par Fred Pawlowski à 21:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 avril 2016

Orchidée Party !

Suite à l'impulsion donnée par B'sair l'an dernier, j'ai décidé cette année de me lancer dans les orchidées, et particulièrement celles du genre "ophrys" (avec le but inavoué de faire le catalogue de celles de ma commune).

Nous sommes en pleine saison de floraison des orchidées, du coup c'est le moment d'aller dans la colline. J'ai ainsi participé le week-end dernier à une sortie de la SFO (Société Française d'Orchidophilie, voir le site internet de l'antenne régionale : http://sfoprovence-alpes-cotedazur.jimdo.com/), entre Lançon-de-Provence et Sénas, dans les Bouches-du-Rhône.

Très belle moisson d'espèces, et notamment d'ophrys, mais la météo étant ce qu'elle est lorsque je suis de sortie (les fidèles lecteurs qui me suivent régulièrement en savent quelque chose), la grande majorité des photos présentées ici ont été prises au flash (200ième, f/8 à f/10, 160 iso pour les amateurs de données techniques). En effet, le matin le ciel était plombé et l'après-midi, il a gentiment déversé sur nous son trop-plein sous forme d'averses énervantes.

Mes trois objectifs pour cette sortie étaient :

1°/ trouver des orchidées,

2°/ identifier les orchidées trouvées,

3°/ photographier les orchidées trouvées et identifiées.

L'avantage de participer à une sortie encadrée par des spécialistes, c'est que les points 1°/ et 2°/ sont pré-mâchés : les reconnaissances préalables des organisateurs permettent d'aller directement sur les stations d'espèces recherchées, et les cadors participants à la sortie ne rechignent pas à la tâche pour expliquer au néophyte que je suis les subtilités des critères d'identifications des différentes espèces. Reste que comparée à l'identification de limicoles galopant à 800m dans les brumes de chaleur, l'identification des ophrys, c'est presque de la gnognotte...

Ci-dessous un petit catalogue en photo des espèces observées lors de cette sortie :

Pour commencer, l'Ophrys passionis, de loin l'espèce la plus abondante sur les deux secteurs prospectés lors de cette journée :

passionis_IMG_3343

passionis_IMG_3351

passionis_IMG_3521

passionnis_IMG_3483

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un individu de passionis, surnommé "le monstre", présente des aberrations, avec le labelle en deux ou trois parties :

passionis_IMG_3553

passionis_IMG_3556

 

 

 

 

 

 

 

Ressemblante, mais plus colorée, l'Ophrys provincialis (espèce protégée) :

provincialis_IMG_3410

provincialis_IMG_3419

provincialis_IMG_3442

provincialis_IMG_3481

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour perdre complètement le débutant, un hybride O. passionis x O. provincialis :

hybride_IMG_3476

 

 

 

 

 

 

 

L'Ophrys arachnitiformis présente des pétales plus colorés, bien que les individus que nous avons trouvé commençaient à palir sérieusement :

arachnitiformis_IMG_3336

arachnitiformis_IMG_3389

arachnitiformis_IMG_3392

arachnitiformis_IMG_3394

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Ophrys delforgei, observées en très grand nombre, sont minuscules et souvent bien abritées dans des touffes de romarin :

delforgei_IMG_3444

delforgei_IMG_3458

 

 

 

 

 

 

delforgei_IMG_3368

delforgei_IMG_3371

delforgei_IMG_3372

delforgei_IMG_3377

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

delforgei_IMG_3414

delforgei_IMG_3457

delforgei_IMG_3463

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une espèce très proche de la précédente, mais de plus grande taille et en fin de floraison : Ophrys lupercalis.

lupercalis_IMG_3134

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une espèce à peine plus grande que l'Ophrys delforgei, mais en tout début de floraison : Ophrys lutea.

Lutea_IMG_3468

Lutea_IMG_3472

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une rareté pour les Bouches-du-Rhône : Ophrys incubacea.

incubacea_IMG_3429

 

 

 

 

 

 

 

Une rareté pour le territoire national : Ophrys speculum (espèce protégée). Vraiment dommage qu'il pleuve au niveau de cette station...

speculum_IMG_3526

speculum_IMG_3500

speculum_IMG_3508

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

speculum_IMG_3529

 

 

 

 

 

 

 

Et pour terminer avec les Ophrys, Ophrys pseudoscolopax, en tout début de floraison :

pseudoscolopax_IMG_3589

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En vrac, quelques autres plantouilles observées lors de cette sortie :

@IMG_3541

@IMG_3365

@IMG_3535

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au total, nous avons observé neuf espèces d'Ophrys lors de cette sortie (si mes comptes sont bons).

Un grand merci aux deux organisateurs, pour leur gentillesse et leur disponibilité, et à l'accueil de tous les participants pour l'ornithologue néophyte en orchidophilie que je suis. A la prochaine !

 

Posté par Fred Pawlowski à 22:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2016

Guadeloupe (1)

Un récent séjour de 10 jours m'a permis de découvrir la faune de cette île.

Premières images : un trembleur brun, qui fréquente la forêt humide, cadré large, et un chevalier grivelé (en plumage inter-nuptial), très abondant sur les côtes, photographié ici dans la mangrove de Sainte-Rose.

IMG_0956

IMG_1119_recadree

 

Posté par Fred Pawlowski à 21:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 février 2016

Varan malais

Le varan malais (Varanus salvator) est largement répandu en Asie du Sud-Est, et notamment en Indonésie et à Bornéo, où il fréquente les milieux humides (marais, bords de fleuve, mangroves, etc.). Les plus gros adultes peuvent atteindre une taille de 3 m, mais la moyenne des individus tourne autour de 2 m. A Bornéo, je l'ai régulièrement observé en mangrove, se nourrissant de poissons morts, mais aussi à l'intérieur des terres, dans le parc national de Kutaï, où un habitué venait faire les poubelles du campement tous les soirs...

Le milieu aquatique ne le gêne en rien :

56

59

Varan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et il ne rechigne pas non plus à escalader les arbres, pour peu qu'il veuille ne pas être dérangé pendant sa sieste digestive :

62

60

61

Posté par Fred Pawlowski à 21:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,