Une fois n'est pas coutume, lors de nos cinq jours passés sur cette île canarienne, nous avons eu un temps invraissemblablement pourri, à base de pluie. Et quand il ne pleuvait pas, nous étions dans les nuages bruineux... Et pour couronner le tout, les températures étaient glaciales (ok, nous y étions en février, mais quand même).

Autant dire que nous avons eu des ambiances de laurisylve de début du monde. On peut rencontrer la laurisylve, qui est un type de forêt subtropicale humide, à Madère, aux Açores, et aux Canaries, mais uniquement sur les îles de la Goméra (qui sont les plus belles), d'El Hierro, de Ténérife et de Gran Canaria (totalement relictuelles sur cette dernière île, avec seulement deux barrancos concernés). Comme son nom l'indique, c'est une forêt à base de lauriers, essentiellement Laurus canariensis, mais également de bruyères arborescentes. Difficile à imaginer en arrivant que tous ces arbres sont des lauriers... Outre d'être classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, la laurisylve de la Goméra est en grande partie protégée par un parc national.

Quelques aperçus de la laurisylve du parc national de Garajonay :

48

49

 

 

 

 

 

50

51

52

 

 

 

 

 

54

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La laurisylve la plus développée sur l'île (et ça vaut pour toutes les autres îles canariennes) est située sur le versant septentrional, qui est soumis aux brumes et nuages des alizés. Comme vous pouvez le voir sur les photos de dessus, nous avons été servis, et avec un grand morceau de rab', par ces alizés. Sur la toute première photo, en haut à gauche, la laurisylve comme à peu près là où débute le plafond nuageux. Désolé, mais je n'ai aucune autre photo de vue d'ensemble...

Cet habitat bruisse de vie, notamment d'oiseaux, avec de très jolies observations des sous-espèces locales du merle noir et du pinson des arbres (en photos ci-dessous), mais aussi du roitelet des Canaries, ou bien des plus rares pigeons de Bolle (assez bien vus mais pas photographiés) ou pigeons des lauriers (observés très furtivement). 

54A

55

58

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet habitat rare et menacé, a subit de nombreuses dégradations, et des opérations de restauration sont actuellement menées, avec replantation d'arbres, le tout arrosé grâce à un ingénieux système de récupération de l'eau des nuages.  

42

43

44