177AComme dit précédemment, il y a plus de chèvres sur cette île que d'habitants permanents. Cela n'est pas sans poser des problèmes de surpâturage localement, notamment dans la partie montagneuse du centre de l'île. Les chèvres évoluent la plupart du temps seules dans la journée, et il n'est pas rare de les voir divaguer sur les pistes. Les rencontres avec les voitures sont rares, mais nous avons pu voir à plusieurs reprises des cadavres en bord de route. Un aubaine pour le vautour percnoptère ?

 

Au niveau herpétologie, l'île abrite une espèce de tarente, un lézard et un seps. Ce ne sont pas des endémiques stricts car ces trois espèces sont présentes également sur Lanzarote, toute proche. Nous n'avons pas réussi à voir le seps de Fuerteventura (Chalcides somonyi), malgré plusieurs prospections dans des milieux favorables. Par contre nous avons réussi à bien observer les deux autres espèces.

La Tarente des Canaries orientales (Tarentola angustimentalis) est bien répandue et nous l'avons observée à plusieurs reprises, sans spécialement la chercher. Nous avons d'aillleurs fait la première observation à moins de 200 m de l'hôtel, sous un parpaing (après, il faut vouloir aller soulever un parpaing au bord d'une route, me direz-vous...). Sur la photo de gauche, saurez-vous trouver la bestiole ? L'individu sur la photo de droite a été trouvé sous une mini-pierre, en pleine steppe rase. Improbable...

181

182

 

 

 

 

 

 

 

Le lézard atlantique (Gallotia atlantica) est également bien répandu sur l'île, nous l'y avons observé en de multiples endroits : murets dans des villages (accueillant parfois plusieurs dizaines d'individus), zones rocailleuses diverses, en bord de mer comme sur le point culminant de l'île, en bord de route...

Sur la photo de gauche, l'individu est typique, avec ses ocelles vertes. Cette coloration concernait la plupart des individus observés durant notre séjour. Sur la photo de droite, nous avons eu la surprise d'observer plusieurs individus de morphe très claire, dans la steppe sablonneuse de la Pared, au sud de l'île. Après vérification pour être sûr qu'il ne s'agit pas d'une autre espèce (les transfert de bestioles sont monnaie courante entre les îles), il s'agit bien de la même espèce... Simplement adaptée à un substrat beaucoup plus clair (sable presque blanc) que le substrat volcanique classique de l'île, assez sombre.

178

215