La plus petite et la plus occidentale des îles canariennes nous a subjugué. Moins de 300 km², culminant à plus de 1 500 m, elle présente des biotopes et des paysages d'une grande variété, et on a parfois l'impression de se promener sur une terre des origines, sur une coulée de lave à peine refroidie. D'ailleurs, ce n'est pas totalement faux, la dernière éruption volcanique (certes sous-marine) datant de 2011. Donc vraiment très très récent du point de vue des temps géologiques...

Cette île est la moins touristique des 5 îles canariennes que nous avons visité. Aucun hôtel, une autosuffisance énergétique (électricité), de beaux morceaux de laurisylve accrochés aux pentes de l'ancien volcan, aujourd'hui égueulé dans la mer, une zone agricole typiquement irlandaise (si ce n'étaient les pipits de Berthelot omniprésents), des paysages à la Sleepy Hollow, et pour finir des coulées noires et rouges sur fond d'océan déchainé. On adore !

64

66

 

 

 

 

 

 

 

67

68

 

 

 

 

 

 

 

Dans ce paysage minéral, les plantes s'accrochent comme elles peuvent, se contentant de très peu. Des fois, une simple fissure suffit...

71

72

 

 

 

 

 

 

73

76

 

 

 

 

 

 

 

74

 

 

 

Cette île, récente du point de vue géologique, possède sa forme actuelle depuis 50 000 ans environ, suite à l'effondrement d'une bonne partie du volcan El Golfo dans l'océan. Ici encore (cf. mes posts précédents sur Lanzarote), le phénomène de colonisation de milieux "récents" par la faune et la flore s'exprime pleinement. Seuls quelques limoniums et euphorbes poussent au milieu des multiples champs de scories et de laves cordées.

 

 

 

 

 

 

A l'ouest de l'île, El Sabinar offre au naturaliste un paysage à la Sleepy Hollow, avec des centaines de genévriers couchés sous la force du vent. Mais pas seulement, vu que les nombreuses euphorbes du coin subissent le même traitement. Du coup on peut avoir des genévriers de 20 m de long mais ne dépassant pas 1 m de haut... Dans ces conditions, pas dur de trouver le nord (origine du vent dominant) !

83

86

 

 

 

 

 

 

87

89

 

 

 

 

 

 

 

Deux autres vues du sud-ouest de l'île, non loin d'El Sabinar :

82

90

 

 

 

 

 

 

 

Et pour finir, une fois n'est pas coutume, un élément humain pour donner la taille du genévrier le plus imposant d'El Sabinar :

84