A défaut de faire des redondances redondantes, j'ai (encore une fois) eu une météo pas terrible, pour ne pas dire pourrie, sur cette balade. Départ tranquille de la station des Agudes pour 400 m D+ sur des pistes d'entretien de la station de ski. Montée sans aucune difficulté, sauf que le plafond nuageux descend aussi rapidement que je ne monte. Du coup je passe en mode "trace" sur le GPS, au cas-où. Sage décision car je termine la montée dans une purée de pois, avec une visibilté n'excédant pas quelques dizaines de mètres. Tant mieux, comme ça j'arrive à faire abstraction du téléphérique qui passe juste à la verticale au milieu du lac (visible dans le coin droit d'une photo ci-dessous).

Lac tout mignon, bordé d'une frange de plantes aquatiques, propices aux odonates. Bien évidemment, compte tenu de la météo, je n'en verrais aucun, mais par contre sur les hauts-fonds barbottent plusieurs milliers de têtards de grenouille rousse. L'un des buts de cette balade est également la recherche de la vipère aspic, sous-espèce zinnikeri. Au niveau du lac, c'est rapé !

Quelques vues du lac et de ses rives :

IMG_4769

IMG_4775

 

 

 

 

 

 

IMG_4777

IMG_4790

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous, les trés nombreux têtards, et une petite fleur de plante aquatique :

IMG_4778

IMG_4788

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_4779

IMG_4795

 

 

 

 

 

 

 

La redescente se fait assez rapidement, au GPS, vu que j'ai des fois du mal à distinguer le bout de mon baton de rando... Je perds tout espoir de croiser une zinnikeri. En arrivant aux Agudes, je pose mon sac devant ma voiture et m'accoude à la palissade bordant le parking, pour profiter de la vue tout en me désaltérant. Les yeux en l'air (déformation professionnelle), je profite d'être enfin repassé sous le plafond nuageux pour peut-être faire quelques observations de vautour fauves, voire de gypaète. Je baisse les yeux, qui sont accrochés par une forme brunâtre dans l'herbe juste derrière la palissade, à moins de 80 cm de mes pieds : une superbe zinnikeri en "insolation", ne bougeant pas d'un pouce. Damnée palissade qui m'empêche de faire les photos que je veux, d'autant que de l'autre côté la pente raide ne me laisse que très peu de latitude. Cette première observation de cette sous-espèce reste donc assez frustrante, du moins du point de vue photographique (aucune lumière, impossibilité d'approcher la bête), car du point de vue naturaliste, c'est le pied, la bestiole restant en place, placide...

IMG_4826